Comprendre nos attirances toxiques : les raisons cachées

Pourquoi nous attirons les relations toxiques

Les relations toxiques peuvent prendre différentes formes, nous explique Christian Richomme, psychanalyste et thérapeute spécialisé dans les troubles de l’anxiété, les dépressions, les addictions et les troubles affectifs. Il rappelle que les relations toxiques ne se limitent pas seulement aux pervers narcissiques, mais peuvent également être le résultat d’une incompatibilité avec notre partenaire.

Ces relations peuvent impliquer :

  • Un pervers narcissique qui nourrit son narcissisme en utilisant l’autre comme un miroir.
  • Un manipulateur qui utilise l’autre pour satisfaire ses propres besoins et désirs.
  • Un couple formé de deux personnes saines, mais dont la relation ne fonctionne pas en raison d’une incompatibilité.

Alors, pourquoi nous retrouvons-nous souvent dans des relations déséquilibrées et destructrices ?

Le besoin d’amour pathologique et obsessionnel

Il existe un amour pathologique qui nous pousse à rester dans une relation toxique, peu importe les signes avant-coureurs de sa toxicité. Certaines personnes ne se sentent entières que lorsqu’elles ont quelqu’un à aimer, et elles commencent donc souvent des relations impulsives sans se demander si elles sont compatibles avec leur partenaire.

Le style d’attachement anxieux et évitant

Notre style d’attachement peut également favoriser notre attirance pour des relations malsaines. Selon une étude publiée dans le Journal of Social and Personal Relationships, un style d’attachement anxieux ou évitant est souvent lié à cette attraction destructrice. Les relations toxiques reproduisent des mécanismes de distance, de rejet, d’abandon et d’insécurité que la personne connaît.

Un moment de fragilité émotionnelle

Les périodes de vulnérabilité, telles que le deuil, une rupture ou des problèmes au travail, sont souvent accompagnées d’une perte d’estime de soi et de confiance en soi. Cela nous rend plus susceptibles de tomber dans des relations toxiques, car les personnes toxiques voient en nous des proies idéales.

Les blessures du passé

Nous pouvons reproduire ces relations toxiques en raison de blessures émotionnelles du passé. Si nous avons été trahis, trompés, rabaissés, humiliés ou mal aimés par une personne proche pendant notre enfance, cela peut devenir notre norme en matière d’amour. Nous pensons même parfois que c’est la seule façon d’aimer ou que nous le méritons.

Il est important de prendre conscience de ces schémas de relation toxiques, de développer notre estime de soi et de considérer une thérapie pour sortir de ce cycle de toxicité. Il existe d’autres façons d’aimer et d’être aimé qui n’impliquent pas la souffrance et la douleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

An evocative photo capturing the intersection between intimacy and physical activity, shedding light on the potential benefits of sexual engagement on overall health.

« L’acte sexuel : un sport pour la santé? »

Une étude de l’Université du Québec à Montréal a montré que l’acte sexuel engendre une dépense énergétique similaire à une activité physique modérée. La Fédération Française de Cardiologie reconnaît l’activité sexuelle comme un exercice physique bénéfique pour la santé.

Lire l'article
A photograph capturing the surprising pleasures and intimate moments of love at unexpected hours.

L’heure idéale pour l’amour

Selon des études, le meilleur moment pour des relations sexuelles pleines de plaisir et d’endorphines se situe le matin, entre 7h et 10h30. Les week-ends sont également propices aux moments intimes selon une autre recherche, mettant en avant la détente et la passion.

Lire l'article

« Les préférences inattendues des femmes en matière de taille du pénis »

Une récente étude universitaire met en lumière l’importance de la circonférence par rapport à la longueur du pénis pour l’épanouissement sexuel féminin, soulignant l’attrait pour une texture veineuse sur les sex toys. Cependant, l’étude souligne des limites liées à la variété des préférences sexuelles et à la mesure précise de la taille du pénis.

Lire l'article
A photograph of a couple engaged in respectful and empathetic communication, showcasing the importance of banishing contempt in relationships.

Les ravages du mépris dans le couple

Le mépris dans les conflits conjugaux peut avoir des conséquences désastreuses, réduisant l’estime de soi et causant une détresse émotionnelle. Adopter une communication respectueuse et empathique, tout en évitant les comportements et les paroles dénigrants, est crucial pour préserver l’harmonie au sein du couple et favoriser un environnement propice à l’épanouissement de l’amour et de la complicité.

Lire l'article
An emotionally charged visual exploration of overcoming commitment fears and embracing unique relationship dynamics.

Surmonter la peur de l’engagement dans les relations amoureuses

La gamophobie, une peur intense et irrationnelle de s’engager dans une relation amoureuse, trouve ses racines dans des expériences traumatisantes passées, la peur de perdre son indépendance et les styles d’attachement formés pendant l’enfance. Pour surmonter cette peur, introduire des rituels symboliques d’engagement et explorer des perspectives de relation uniques peuvent être des stratégies bénéfiques pour renforcer les liens et construire des engagements personnalisés.

Lire l'article
A photography of radiant, well-maintained hair sparking intimacy and desire within married couples as explored in a groundbreaking study from Seoul's Yonsei University.

« Le lien entre cheveux et sexualité : ce que révèle la science »

Une recherche récente suggère que des cheveux longs et bien entretenus chez les femmes pourraient favoriser une fréquence accrue des relations sexuelles au sein des couples hétérosexuels. Cette découverte souligne l’importance de l’entretien de la chevelure dans la sphère relationnelle et sexuelle, apportant un nouvel éclairage sur son rôle dans le désir et la satisfaction conjugale.

Lire l'article