« Découvrez les secrets de la soumission sexuelle »

Qu’est-ce que la soumission ?

La soumission est une pratique érotique consistant, pour l’un des partenaires d’un couple, à se placer dans une position d’infériorité ou, en tout cas, de répondre aux désirs – sexuels ou non – de l’autre personne, au sein d’une relation où règne une dynamique d’ordre érotique, définit la sexologue Alexandra Vatimbella. Le magazine Sciences Humaines a, par ailleurs, consacré un article recensant les quatre formes de soumission dans la littérature, allant de la servilité, au syndrome de Stockholm, en passant par le masochisme.

Qu’est-ce qu’un homme soumis ?

Un soumis ou une soumise, c’est quelqu’un qui choisit d’agir comme une personne qui va être dirigée par son dominant ou sa dominante. Son maître ou sa maîtresse. Un homme soumis décide de se mettre à disposition de son/sa partenaire, il joue un rôle qui est de se soumettre à la personne dominante. Pour autant, ponctue la sexologue, un homme soumis ne l’est pas forcément dans la vie de tous les jours. Il peut l’être exclusivement lors de jeux qui impliquent des pratiques érotiques de l’ordre du BDSM (bondage, dominant, soumis, sado, maso) au sein du couple.

Pourquoi certains hommes aiment être soumis ?

Il peut s’agir d’un homme, jeune ou mature, ayant de grandes responsabilités au travail (type hommes d’affaires) et qui éprouve un besoin de lâcher prise, d’abandon vis-à-vis d’une personne de confiance. En effet, précise Alexandra Vatimbella, la soumission ne peut se vivre que dans une relation de pleine confiance pour pouvoir complètement s’abandonner et expérimenter un total lâcher prise. Ainsi, dans le cas d’hommes ayant des positions très dominantes dans la vie et notamment beaucoup de pouvoir au sein d’une/de leur entreprise, tomber le costume d’homme dominant et se placer en position de soumission dans le cadre de leurs relations intimes va leur permettre, à l’inverse, de n’avoir plus à prendre aucune décision et de se contenter de répondre à des ordres. Pour d’autres hommes, ce besoin de soumission peut provenir du fait d’avoir grandi dans une famille dysfonctionnelle où ils ont fait l’objet de sévices ou ont été soumis à une forte autorité. De fait, pour eux, amour et soumission/domination sont liés, constate la sexologue. Pour certains aussi, c’est par besoin d’éprouver des émotions érotiques très fortes. En effet, la pratique de la soumission, c’est intense émotionnellement au point même, parfois, d’avoir une fonction thérapeutique anxiolytique, un peu comme un shoot, une drogue dont le soumis peut devenir dépendant, remarque-t-elle encore. Apparemment, certaines personnes souffrant de problèmes d’ordre sexologique – c’est-à-dire des dysfonctions comme des troubles de l’érection ou des difficultés de performance – seraient également attirées par la pratique de la soumission.

Les principales pratiques de la soumission sexuelle

La soumission chez l’homme peut se traduire par différentes formes :

  • Gynarchie : Elle constitue la forme de soumission la plus forte et inclut une vénération totale de la femme en tant qu’être supérieure. Dans ces cas-là, le soumis devient un objet sexuel ou un esclave. Il va exécuter tout ce que sa partenaire lui demande, que ce soit lui faire son ménage ou même la lécher après qu’elle soit allée aux toilettes ou pendant ses règles.
  • Fantasmes de prostitution : Le soumis peut être astreint à un rôle sexuel passant par du travestissement, comme s’habiller en femme, porter des couches, interpréter un animal, être victime d’un kidnapping, ou porter un vêtement en cuir noir. Il exécute exactement tout ce que l’autre lui demande.

Pourquoi certaines femmes préfèrent les hommes soumis ?

La préférence pour les hommes soumis peut s’expliquer par différents facteurs. Certains femmes, par nature dominantes, trouvent du plaisir à être aux commandes et à diriger la relation sexuelle. D’autres peuvent être attirées par le contraste entre un homme puissant dans sa vie professionnelle et un homme soumis dans sa vie sexuelle. Enfin, pour certaines femmes, les hommes soumis peuvent être considérés comme des partenaires plus attentionnés et plus à l’écoute de leurs besoins, augmentant ainsi leur satisfaction sexuelle.

Quelles sont les limites de la soumission sexuelle ?

Les limites de la soumission sexuelle varient en fonction des désirs et des limites de chaque couple. Il est essentiel d’établir une communication claire et un consentement mutuel avant de se lancer dans des pratiques de soumission. Les couples peuvent mettre en place des contrats ou des safewords pour fixer les règles du jeu et assurer la sécurité et le respect de chacun. Il est également important de respecter les limites physiques, émotionnelles et psychologiques de chaque partenaire. Le consentement doit être donné librement et sans contrainte, et chacun doit pouvoir mettre fin à la pratique à tout moment s’il se sent mal à l’aise ou en danger. Il est recommandé de se renseigner sur les pratiques et de consulter un professionnel si nécessaire pour garantir une pratique de la soumission saine et consensuelle.

Les pratiques de soumission sexuelle

La soumission sexuelle est une pratique qui peut prendre différentes formes et englober diverses activités érotiques. Certaines de ces pratiques incluent le piétinement du corps, l’électrostimulation, les contentions telles que le shibari ou le bondage, où l’homme est attaché à l’aide de menottes, de cordes ou d’un collier de soumission en cuir ou en acier. D’autres pratiques peuvent impliquer des sévices physiques tels que l’utilisation d’un fouet.

Une autre forme de stimulation corporelle consiste à pousser la tension sexuelle à son maximum. Cela peut comprendre une stimulation intense des organes génitaux de l’homme, mais la femme le laisse au bord de l’orgasme sans le faire jouir. Certains couples peuvent même opter pour l’utilisation d’une cage de chasteté, un dispositif qui emprisonne le pénis de l’homme et empêche toute masturbation ou érection.

Pourquoi certaines femmes préfèrent les hommes soumis ?

Il y a différentes raisons pour lesquelles certaines femmes préfèrent les hommes soumis. Pour certaines, cela peut être une façon de prendre le contre-pied du patriarcat en devenant une dominatrice. Pour d’autres, il s’agit simplement d’un fantasme de pouvoir et de contrôle, d’avoir un esclave.

Parfois, le choix d’une relation dominante peut être lié au passé de la personne, comme avoir vécu des agressions sexuelles ou un viol. La position dominante peut permettre de garder le contrôle et d’éviter toute forme de pénétration. Chaque personne a des motivations différentes, basées sur sa personnalité et son vécu.

Les limites de la soumission sexuelle

Il est essentiel de comprendre que dans toutes les pratiques de soumission sexuelle, le consentement est primordial. Le consentement peut être donné oralement ou par écrit, sous forme de contrat. Il est également important de déterminer les limites et d’établir des mots de sécurité, permettant au soumis de signaler quand une demande va au-delà de ses limites.

Dans ce type de relation, c’est en réalité le soumis qui a le contrôle et décide jusqu’où ils peuvent aller dans le jeu. Le dominant est simplement un acteur dont le rôle est de satisfaire les désirs du soumis. À tout moment, le soumis a le droit de mettre fin au jeu s’il ne souhaite plus y participer.

Initiation et sécurité

Il est important de souligner que ces jeux de soumission ne doivent pas être abordés sans une certaine initiation. Il est nécessaire d’apprendre progressivement, d’évaluer ce qui est accepté ou non, et de maintenir un climat de confiance et de sécurité.

Il convient de rappeler que toutes ces pratiques sexuelles doivent se faire avec le consentement des deux partenaires et dans le respect mutuel. La communication ouverte et la compréhension des limites de chacun sont essentielles pour une expérience épanouissante et sécuritaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

An evocative photo capturing the intersection between intimacy and physical activity, shedding light on the potential benefits of sexual engagement on overall health.

« L’acte sexuel : un sport pour la santé? »

Une étude de l’Université du Québec à Montréal a montré que l’acte sexuel engendre une dépense énergétique similaire à une activité physique modérée. La Fédération Française de Cardiologie reconnaît l’activité sexuelle comme un exercice physique bénéfique pour la santé.

Lire l'article
A photograph capturing the surprising pleasures and intimate moments of love at unexpected hours.

L’heure idéale pour l’amour

Selon des études, le meilleur moment pour des relations sexuelles pleines de plaisir et d’endorphines se situe le matin, entre 7h et 10h30. Les week-ends sont également propices aux moments intimes selon une autre recherche, mettant en avant la détente et la passion.

Lire l'article

« Les préférences inattendues des femmes en matière de taille du pénis »

Une récente étude universitaire met en lumière l’importance de la circonférence par rapport à la longueur du pénis pour l’épanouissement sexuel féminin, soulignant l’attrait pour une texture veineuse sur les sex toys. Cependant, l’étude souligne des limites liées à la variété des préférences sexuelles et à la mesure précise de la taille du pénis.

Lire l'article
A photograph of a couple engaged in respectful and empathetic communication, showcasing the importance of banishing contempt in relationships.

Les ravages du mépris dans le couple

Le mépris dans les conflits conjugaux peut avoir des conséquences désastreuses, réduisant l’estime de soi et causant une détresse émotionnelle. Adopter une communication respectueuse et empathique, tout en évitant les comportements et les paroles dénigrants, est crucial pour préserver l’harmonie au sein du couple et favoriser un environnement propice à l’épanouissement de l’amour et de la complicité.

Lire l'article
An emotionally charged visual exploration of overcoming commitment fears and embracing unique relationship dynamics.

Surmonter la peur de l’engagement dans les relations amoureuses

La gamophobie, une peur intense et irrationnelle de s’engager dans une relation amoureuse, trouve ses racines dans des expériences traumatisantes passées, la peur de perdre son indépendance et les styles d’attachement formés pendant l’enfance. Pour surmonter cette peur, introduire des rituels symboliques d’engagement et explorer des perspectives de relation uniques peuvent être des stratégies bénéfiques pour renforcer les liens et construire des engagements personnalisés.

Lire l'article
A photography of radiant, well-maintained hair sparking intimacy and desire within married couples as explored in a groundbreaking study from Seoul's Yonsei University.

« Le lien entre cheveux et sexualité : ce que révèle la science »

Une recherche récente suggère que des cheveux longs et bien entretenus chez les femmes pourraient favoriser une fréquence accrue des relations sexuelles au sein des couples hétérosexuels. Cette découverte souligne l’importance de l’entretien de la chevelure dans la sphère relationnelle et sexuelle, apportant un nouvel éclairage sur son rôle dans le désir et la satisfaction conjugale.

Lire l'article